Royaume du Maroc
Armoirie du Royaume du Maroc
Carte du Royaume du Maroc

Etat des lieux et perspectives du Maroc à l’aube de 2020

Paris, 30 octobre 2019

Les perspectives prometteuses de l'économie marocaine pour 2020 et les opportunités d’investissement qu'offre le Royaume ont été mises en avant, mercredi à Paris, lors d’une rencontre organisée par la Chambre de Commerce Franco-arabe (CCFA).

La rencontre, tenue en présence d’une forte assistance composée de représentants du milieu des affaires, français et arabes, et de personnalités du monde de la diplomatie, a été l’occasion pour l’Ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa, également Doyen du corps diplomatique arabe à Paris, de brosser un large tableau de l’économie marocaine et de présenter les perspectives prometteuses de l'économie marocaine à la lumière du projet de Loi de Finances 2020 qui table sur un taux de croissance du PIB de 3,7%, et à la faveur des grandes stratégies lancées au Maroc: Plan Maroc Vert, Plan Halieutis, Plan d'accélération industrielle notamment dans les filières automobile et aéronautique, tourisme, offshoring, énergies renouvelables.

L'ambassadeur du Maroc en France a tenu également à souligner, lors de cette rencontre animée par le Président et le secrétaire général de la CCFA, respectivement Vincent Reina et Saleh Bakr Al Tayar, les grandes opportunités d'investissement offertes par le Royaume dans les différents secteurs d'activités, ainsi que le climat favorable aux affaires.

Selon le diplomate marocain, le Maroc, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, s’est engagé dans une politique économique qui vise à accroître la croissance économique et à favoriser l’inclusion sociale tout en prenant en compte la dimension environnementale. Pour ce faire et en vue de créer les conditions favorables à cette croissance économique inclusive, le Maroc, qui entend capitaliser son positionnement géographique, a mis en place et lancés les infrastructures nécessaires à son développement économique (complexes portuaires de Tanger Med, celui en construction à Nador et à Dakhla, infrastructures ferroviaires TGV et autres, autoroutes et aéroports…).
De même, le Maroc a la chance d’être un pays stable grâce à ses institutions, au leadership de Son souverain et à son ancrage historique, mais aussi grâce à ses choix socio-économiques. Tout cela a fait que le Royaume, fort de son ouverture sur le monde, de la diversification de ses partenaires, des nombreux accords économiques conclus avec différents pays notamment africains et arabes, représente une plate-forme propice pour les investissements à la faveur de sa position géographique stratégique et de ses perspectives de croissance.

Selon M. Benmoussa, le fait que le Maroc frise le top 50 du classement Doing Business 2020 de la Banque mondiale, renseigne sur cette dynamique volontariste du Royaume de créer l’environnement favorable aux investissements.De même, a ajouté le diplomate marocain, dans le cadre de la Loi de Finance 2020 et avec un objectif de 3,7% de croissance du PIB fixé par le gouvernement, un accent est mis sur l’encouragement fiscale des entreprises dans le but d’accompagner, d’encourager les investissements dans le pays.

Tous ces atouts n’empêchent pas le Maroc d'être conscient de certaines «zones qu’il faut améliorer » pour un développement socio-économique plus inclusif, a dit M. Benmoussa, soulignant, dans ce cadre que Sa Majesté le Roi a appelé à la révision du modèle de développement pour qu’il puisse «être attentif aux dysfonctionnements existants».

Intervenant pour sa part, Vincent Reina, Président de la Chambre de commerce Franco-arabe a souligné le grand intérêt de cette rencontre qui jette la lumière sur le développement socio-économique du Maroc durant ces vingt dernières années, et qui présente non seulement les perspectives économiques du Maroc à l’aube de 2020, mais également ses réalisations en 2019.

Durant les vingt dernières années, le Maroc, sous la conduite de son Souverain, a été le théâtre de "transformations économiques considérables, que nous voyons tous sur le terrain », a assuré M. Reina, soulignant que les points détaillés par l’Ambassadeur marocain sont de nature à intéresser les représentants des PME françaises présents à cette rencontre, qui constituent 50 pc des adhérents de la CCFA, mais aussi les grands groupes français.

Dans une déclaration à la MAP, le Président de la CCFA a souligné qu'il était important pour la CCFA "au nom des relations historiques qui ont toujours été excellentes entre la France et le Maroc, de poser le regard sur le développement économique du Maroc et sur ce que nous pouvons faire pour aider encore plus les entreprises françaises à être présentes dans le Royaume".

"Notre vocation depuis 2016 à la CCFA, est d'accompagner les entreprises françaises qu'elles soient PME, grands groupes ou moyens groupes, dans leur souhait de prospecter de nouvelles opportunités d'investissement", a-t-il dit, soulignant sa détermination et celle de la CCFA a "pousser encore plus les entreprises françaises" à être présentes au Maroc pour que la France puisse recouvrer sa position de premier investisseur au Maroc.