Royaume du Maroc
Armoirie du Royaume du Maroc
Carte du Royaume du Maroc

Intervention de S.E. M. l’Ambassadeur Mohamed BENCHAABOUN à la « Présentation du projet COVID-19 Réponse et Reprise dans la région du MENA», réunion MENA/OCDE

 

 

Paris, Lundi 11 avril 2022

Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur, Mohamed Benchaaboun, a participé à la réunion MENA/OCED sur la relance et la reprise post crises dans la région MENA.

Après s’être félicité de la qualité des relations entre le Maroc et l’OCDE, il a mis l’accent sur les leçons tirées par le Royaume du Maroc de la crise pandémique qui a eu des conséquences sur les plans économique, social ainsi que sur les finances publiques.

Il a souligné que depuis mars 2020 le monde vit une période d’incertitudes, accentuées par la guerre en Ukraine. La première leçon de cette pandémie réside dans la nécessité de changer de paradigme dans la préparation des politiques et stratégies publiques en stressant les modèles pour y intégrer les conséquences et les incertitudes liées aux crises.

Après avoir rappelé les nombreuses mesures initiées sous le leadership de Sa Majesté le Roi pour éviter une propagation non contrôlée du virus, Monsieur l’Ambassadeur a mis l’accent sur quelques actions post Covid engagées par le Royaume du Maroc :

  • Afin d’assurer l’indépendance dans l’approvisionnement du vaccin, un investissement de 500 millions d’euros a été engagé pour ériger une usine de production de flacons et de seringues jetables. Ce chantier structurant va au-delà du renforcement de la souveraineté sanitaire du Maroc pour contribuer à l’approvisionnement du continent.
  • Pour la relance de l’économie, une approche innovante permettant de ménager les finances publiques, mises sous contrainte par les crises,est nécessaire. On ne peut aborder la période post crise avec des recettes et des outils utilisés en période normale. Les ruptures importantes qui ont été induites par ces crises imposent d’inventer de nouveaux mécanismes alliant poursuite de la dynamique d’investissement à travers une implication plus forte du secteur privé et une révision des priorités des politiques publiques. C’est ainsi qu’un Fonds souverain ayant pour objet de stimuler l’investissement dans les domaines prioritaires, a été lancé par Sa Majesté. Il s’agit du Fonds Mohammed VI pour l’Investissement. Il était également nécessaire de revoir le cadre législatif et réglementaire relatif au partenariat Public Privé afin de fluidifier les procédures et élargir le champ de recours à ce mécanisme.
  • S’agissant du volet social, un chantier de généralisation de la protection sociale a été lancé en avril 2021. Il devrait notamment, aboutir dès la fin de cette année à la couverture en assurance maladie de 22 millions de marocains non encore assurés jusqu’alors. Par ailleurs, les aides directes apportées par le Maroc à près de six millions de ménages fragilisés par la pandémie, ont montré que le recours aux nouvelles technologies assure l’efficacité et la transparence dans les relations de l’Administration avec les citoyens et les entreprises. Partant, le recours massif à ces technologies est crucial pour le déploiement rapide des réformes nécessaires pour aborder l’ère post Covid.
  • Enfin, le retour de l’inflation, suite aux politiques monétaires menées durant la pandémie et au contexte de guerre en cours, nécessite de faire davantage attention à la dégradation du pouvoir d’achat et à l’aggravation de la dette dont le service va peser lourd durant les années à venir du fait de l’augmentation inévitable des taux d’intérêt.