Royaume du Maroc
Armoirie du Royaume du Maroc
Carte du Royaume du Maroc

Relations économique et commerciale

| MM. Mohamed Benchaaboun et Bruno Le Maire
| MM. Nasser Bourita et Jean Yves Le Drian à Rabat

Les relations économiques et commerciales entre le Maroc et la France, solides et étroites continuent de se développer, de manière soutenue, favorisées, en cela, par la dynamique de développement économique, tous azimuts, que connaît le Royaume (lancement de plusieurs plans stratégiques : Emergence, Maroc Vert, Plan solaire, Halieutis, Vison 2020 pour le Tourisme, Plan d’accélération industrielle, Maroc digital 2020, etc.) et la concrétisation des grands chantiers structurants (Tanger Med, projet de Renault à Tanger, PSA a Kenitra, TGV…).

Depuis l’entrée en vigueur de l’Accord d’Association en 2000, nos échanges commerciaux ont enregistré un taux de croissance moyen de l’ordre de 4,5% passant de 56 milliards de DHS (5,7 milliards €) en 2000 à 108,7 milliards de DHS (9,92 milliards d’euros) en 2017.

Par conséquent, la balance commerciale est excédentaire en faveur du Maroc en 2015/2017/2018. Cet excédent est dû essentiellement à la baisse des importations de blé (-3,4Mds DH) ainsi que l’augmentation des exportations de voitures de tourisme (+3Mds DH). Cette tendance devrait s’accentuer avec la production commerciale du PSA qui débutera en 2019 et l’ambition de construire 1 million de véhicules d’ici 2020.

En effet ce déploiement des constructeurs automobiles français (PSA, Renault) au Maroc explique la montée en puissance des flux d’exportations de véhicules et de pièces détachées depuis le Maroc ; alors qu’elles représentaient moins de 1 % dans les échanges il y a encore dix ans, ces exportations excèdent 7 % des échanges. Les produits agricoles et les câbles isolants occupent également une place importante dans les exportations vers la France.

Grâce à l’implantation au Maroc des constructeurs automobiles français (38,4%) notamment Renault et PSA Peugeot Citroën avec plus de 180 entreprises, le secteur automobile est devenu le premier secteur exportateur pour la quatrième année consécutive devançant ainsi le secteur des phosphates, pilier de l'économie marocaine.

La France est un partenaire économique majeur du Maroc, avec près de 800 filiales d’entreprises françaises recensées dont 34 du CAC 40. Les IDE français sont fluctuants d’une année à l’autre mais ont représenté 9, 426 milliards de dhs en 2017 avec une concentration essentiellement dans l’industrie (41%) et l’immobilier (30%). Le Maroc demeure  la première destination des investissements français sur le continent africain. Il représente 16,6 % des exportations françaises en Afrique et 22 % de ses importations depuis le continent. Au total le commerce avec le Maroc représente 19,1 % des échanges français avec l’Afrique.

La communauté marocaine représente la première communauté étrangère en France, soit 1 500 000 marocains, ce qui fait de la France, le premier pays d’origine des transferts financiers des MRE représentant 32% des recettes totales des transferts des MRE du Monde.
Par ailleurs, le Maroc se positionne actuellement en tête des destinations non européennes des touristes français avec un contingent global de 3 533 000 selon la délégation de l’office National du Tourisme (ONMT) à Paris. 

Pour leur part, prés de 80 000 français vivent aujourd’hui au Maroc, et le nombre progresse. Plusieurs facteurs expliquent ce choix : les entreprises françaises qui viennent s’installer au Maroc entrainent l’arrivée des expatriés français en famille, en plus d’une autre catégorie qui choisit le Maroc comme destination de retraite.

Le Maroc est le premier bénéficiaire des financements de l’Agence Française de Développement (AFD) dont la contribution a connu une hausse sensible des engagements en 2017
L’AFD a adopté une stratégie pays au Maroc pour la période 2017-2021. Ses actions au Maroc se concentrent essentiellement sur l’éducation, la formation professionnelle et l’emploi, transport urbain, transport ferroviaire,  l’assainissement de l’habitat, le secteur de l’eau, l’environnement et les infrastructures socio-économiques, etc.

Lors de la 13ème RHN,  qui s’est tenue en novembre 2017, plusieurs accords de partenariats économiques ont été signés. Ils portent essentiellement sur l’industrie notamment le secteur de l’automobile et le secteur naval, le Numérique, les questions environnementales et climatiques, le domaine de la réforme de l’administration et de la fonction publique ainsi que le transport des marchandises, et le challenge du partenariat en Afrique…..

Une attention particulière est accordée aux thèmes qui concernent l’emploi, la jeunesse et le développement durable.