Royaume du Maroc
Armoirie du Royaume du Maroc
Carte du Royaume du Maroc

Coopération financière

| MM. Mohamed Benchaaboun et Bruno Le Maire
| MM. Nasser Bourita et Jean Yves Le Drian à Rabat

Le Maroc et la France entretiennent une coopération économique et financière exemplaire, qui se caractérise par l’importance du volume des concours financiers octroyés au Maroc, la multiplicité des mécanismes de mobilisation et conditions de ces concours français, ainsi que les mécanismes de mobilisation des concours financiers de la France au profit de l’Etat, des établissements publics et du secteur privé marocains sont diversifiés.

En effet, la France se situe en tête du classement par pays et au deuxième rang parmi les pourvoyeurs de fonds au Maroc après la Banque mondiale. Ces concours financiers ont permis de financer de nombreux projets. Ces concours ont bénéficié, notamment aux secteurs de l’énergie (ONE, OCP, CNESTEN), de la pêche, de l’infrastructure (ONDA,ONCF,ODEP), des Télécommunications (ONPT, RTM, 2M), du secteur privé, de l’eau et assainissement (RAD, ONEP).

En plus des concours consentis par le biais des protocoles financiers maroco-français, les prêts de l’AFD ont permis le financement des projets dans les domaines les plus divers tels que les secteurs de l’irrigation, l’eau potable, l’assainissement, l’électrification rurale, l’habitat social à travers l’ANHI et la formation professionnelle.

Le secteur privé marocain a bénéficié, pour sa part, de divers concours tels que le Fonds de garantie et les prêts PROPARCO ainsi que la ligne PME-PMI dont le financement a touché les secteurs de l’agroalimentaire, de l’industrie de froid, de l’industrie plastique et autres secteurs.

En effet, l’ensemble des instruments financiers français traditionnels est mis en oeuvre au Maroc. Le Maroc fait partie des rares pays à bénéficier de la totalité des financements français, puisqu’il appartient à la fois à la Zone de Solidarité Prioritaire (ZSP) et aux pays éligibles à la Réserve Pays Emergents.

Ainsi, l’AFD, qui a doublé ses engagements au Maroc pour 2004-2006, la Réserve Pays Emergents (37 MEUR depuis 1999) et le FASEP-études (23 études et missions d’assistance technique au titre du FASEP, pour 10 MEUR depuis 1997), contribuent à faciliter l’émergence de grands projets et la modernisation du cadre administratif et financier marocain, appuyés par les programmes de coopération institutionnelle de l’ADETEF et du Ministère des Affaires Etrangères, désormais en partie sous forme de fonds de solidarité prioritaire(FSP).

Pour répondre aux défis posés par l’accord d’association UE-Maroc (signé en 1996, entré en vigueur en 2000), les deux partenaires ont mis en place deux instruments d’aide à la mise à niveau du secteur privé, avec une attention particulière pour les PME-PMI : une ligne de crédit PME-PMI, abondée par un prêt du Trésor de 30,5MEUR, et Un fonds de garantie financé par un don de 30 M EUR.